06-30-86-74-32 Sur le chemin du mieux être

Début décembre, j’ai eu l’immense joie de rencontrer Cécilia Koester. Une grande dame du brain gym ! Cécilia est une des pionnières du Brain Gym. Elle a côtoyé Paul et Gail Dennison, les créateurs de Brain Gym dès le début de cette aventure tout en mouvement, il y a maintenant une trentaine d’années.

Cécilia était enseignante aux États Unis, elle travaillait avec des enfants aux besoins spécifiques : autistes, polyhandicapés, épileptiques sévères etc… Que des enfants aux intelligences atypiques ! Elle a utilisé Brain Gym avec ces enfants et a pu constater les bien faits de cette technique sur eux, mais aussi les limites ! Un Brain Gym spécifique a vu le jour progressivement, pour accompagner au mieux ses élèves : Brain Gym 170.

Cécilia a choisi le joli nom de « building block activities » pour les mouvements adaptés aux personnes extraordinaires. En français, il s’agit des « composants d’activités » , moins significatif je trouve! j’aime bien ce côté construction que l’on retrouve dans le nom américain. Car c’est bien de cela dont il s’agit : construire ou re-construire les schèmes moteurs et les connexions neuronales.

brain gym

5 jours à découvrir Brain Gym comme si c’était la première fois ! C’est la magie des formations, on apprend toujours plus et de nouveaux ponts se font entre les diverses connaissances qu’on a déjà !

Comment résumer en un article la richesse de ce qui m’a été transmis pendant ce stage ? Difficile exercice ! Je dirais que les composants d’activités, crées pour les personnes aux besoins spécifiques, sont des activités préalables aux autres mouvements de Brain Gym. Une personne handicapée, ou un tout petit enfant, ne peut pas toujours répondre à nos consignes du type « bouge cette partie de ton corps, pousse dans ma main, active ton bras, ta jambe etc… ». Avec les composants d’activités, la personne est mise en mouvement par l’accompagnant ou le parent. On recrée les schèmes moteurs qui devraient être présents.

brain gym

Il faut comprendre que « l’activité cérébrale normale nécessite une communication efficace entre les centres fonctionnels du cerveau. Quand l’information ne peut pas circuler librement parmi ces centres [à cause du stress ou de blessures], des blocages à l’apprentissage se produisent. Les mouvements de brain gym facilitent la circulation de l’information à l’intérieur du cerveau, en rétablissant notre capacité innée d’apprendre et de fonctionner de manière optimale. » Il est aisé de comprendre que cette explication, donnée par Cécilia Koester, est valable pour tous, quelque soit les défis rencontrés !

Durant le stage, une jeune fille de 10 ans est venue à notre rencontre, je l’appellerai Melle L.. Elle souffre d’autisme. Elle est venue avec sa sœur et sa maman. Ce nouveau lieu, avec de nouvelles personnes l’ont certainement mise en stress. Elle marchait en fonçant un peu dans tout et tout le monde, toujours sur la pointe de ses pieds. Elle voulait soit ouvrir la porte, soit jouer avec l’eau, pour transvaser d’un contenant à un autre. Il y a eu beaucoup d’eau renversée ! Cécilia lui a donné des limites, mais aussi et surtout un cadre pour qu’elle puisse expérimenter par elle-même.. Des composants d’activités ont été fait sur Melle L., Cécilia pratiquant les activités tout en la laissant jouer avec la porte ou l’eau, activités que Melle L. avait choisi. Petite à petit, nous avons vu Melle L. descendre de ses pointes et poser tout son pied au sol. Ses gestes sont devenus plus précis et les transvasements réussis. Elle passait d’un pied à l’autre selon le côté vers lequel elle se penchait pour transvaser  l’eau d’un gobelet à l’autre. Elle expérimenter ses côtés ! Elle est restée plusieurs minutes sur cette activité, concentrée. Cela peut paraître bien peu, et en même temps, voir cette enfant qui est arrivée en étant partout et nulle part à la fois, se poser et jouer tranquillement, représente un véritable progrès ! Sa maman, et sa psychologue (stagiaire elle-aussi), vont poursuivre ces activités de Brain gym avec Melle L., elle va progresser, à son rythme, j’en suis convaincue.

Bien sûr, ces composants d’activités sont utiles à tous ! J’ai déjà utilisés certains d’entre eux en séances. Et bientôt, je pourrais vous proposer une journée de formation pour découvrir les composants d’activités ! Que vous soyez parents d’enfants extraordinaires, éducateurs, enseignants spécialisés, aides soignants en structures spécialisées, vous allez découvrir un outil incroyable !

brain gym

Un outil complémentaire pour permettre aux enfants et adultes d’accéder à tous leurs potentiels !

Ce qui m’a également marqué pendant ce stage, ce sont les techniques d’enseignement utilisées par Cécilia. Moi qui vient juste de quitter définitivement l’Éducation nationale, je réalise encore une fois combien il est important de travailler le « comment enseigner », autant que le « quoi enseigner ». Je teste donc des choses, en séances et en formation, pour vous permettre d’apprendre toujours plus et mieux !

Merci Cécilia pour ce merveilleux partage !

Votre enfant fait face à des défis d’apprentissages ? C’est un enfant aux besoins spécifiques ? Venez me rencontrez, je serais ravie de faire un bout de chemin avec votre enfant !

Contactez-moi !